TS

La santé pour tous !

S’ils ne détruisent pas les bactéries ou les virus, certains aliments boostent notre système immunitaire. Moins malades et moins fatigués, nous résisterons mieux au stress. Découvrez ce qu'il faut manger pour faire le plein de vitamines (A, C, D…), cuivre, fer, sélénium et zinc.

  La santé physique et psychique est directement liée à l'alimentation. Plus cette dernière est équilibrée, plus la forme et le moral seront haut perchés. On vous dit où trouver les vitamines et oligoéléments indispensables pour renforcer votre système immunitaire.

Les vitamines, alliées de l’immunité :

La vitamine A : Elle stimule la prolifération des globules blancs, et la production d’anticorps par les lymphocytes. Elle est aussi essentielle à la fonction barrière de la muqueuse intestinale. La bonne dose : 600 à 800 microgrammes par jour. Pour un apport, pensez aux carottes, au potiron ou encore aux épinards. Attention, pour les femmes enceintes, des compléments contenant de la vitamine A (rétinol) et notamment l’huile de foie de poisson, peuvent être nocifs et provoquer des malformations à la naissance en cas de dépassement important de la dose recommandée.

La vitamine C : C’est un puissant antioxydant qui protège les globules blancs et augmente leur mobilité. Elle stimule la production de cytokines, les messagers qui activent la réponse immunitaire. On la trouve dans les fruits et les légumes. La dose journalière recommandée est de 110 mg par jour.

La vitamine E : désigne un groupe de molécules appelées les alpha-tocophérols. Ceux-ci sont naturellement présents dans l’alimentation, comme dans les graines de tournesol ou des huiles végétales. Des études ont montré que la vitamine E compense la perte de réponse immunitaire due au vieillissement en stimulant la production de globules blancs et son intérêt dans la lutte contre les infections respiratoires.

La vitamine D : est connue pour activer les globules blancs (lymphocytes T) nécessaires pour fabriquer des anticorps et détruire les microbes. Elle se trouve surtout dans les poissons gras (le foie de morue et son huile, les harengs fumés, les maquereaux...). Deux formes sont les plus courantes, la D2, d’origine végétale, et la D3, d’origine animale. Aucune différence d’efficacité entre les deux, mais un apport minimum conseillé de 5 microgrammes par jour potentialisé par une exposition quotidienne à la lumière du jour, la production de vitamine D étant surtout induite par les rayons UV.

Le sélénium et le zinc, deux oligoéléments essentiels

Le sélénium, retrouvé dans l’emmental, le jambon cuit ou les champignons de Paris. À raison de 50 microgrammes par jour, il intervient au niveau immunitaire en maintenant en alerte un pool de globules blancs.

Le zinc, (fruits de mer, volaille fromage...) à raison de 10 à 15 mg par jour, protège les membranes cellulaires des infections par les agents microbiens.Tous ces actifs, en cure trimestrielle, remettront à niveau vos stocks annuels pour un hiver en toute sérénité.

Privilégier les huiles essentielles antivirales et immunostimulantes : Les huiles essentielles de ravintsara, “feuille bonne à tout” en malgache, d’arbre à thé, de thym à feuilles de sariette ou à thujanol et d’eucalyptus radié sont d’excellents antiviraux et immunostimulants.

Comment les utiliser ? En mélange pour un effet stimulant puissant, mélangez 20 gouttes d’HE de ravintsara, 20 gouttes d’HE d’eucalyptus radié, 20 gouttes d’HE de citron jaune. Déposer 3 gouttes de ce mélange sur un comprimé neutre 1 fois par jour, 5 jours sur 7, tant que dure l’épidémie. Ne pas utiliser en cas de cancer du sein, chez la femme enceinte ou allaitante, et chez l’enfant de moins de 7 ans.

Scroll to top