TS

La santé pour tous !

Selon une étude, réalisée par des chercheurs de l’université Brigham Young (Utah) aux Etats-Unis et publiée dans la revue médicale Neurobiology of Learning and Memory, la course serait l'activité physique la plus efficace pour réduire le stress et limiter son impact sur la mémoire.

 « Lorsque les synapses ou les connexions entre les neurones sont renforcées au niveau de l’hippocampe, la formation de la mémoire et le rappel se produisent de façon optimale. On appelle ce processus potentialisation à long terme ou LTP », expliquent les chercheurs.

 « La course atténue les impacts négatifs du stress chronique sur l'hippocampe, la partie du cerveau responsable de l'apprentissage et de la mémoire. C’est un moyen simple et très efficace pour éliminer les impacts négatifs du stress chronique sur la mémoire», affirme Jeff Edwards, professeur agrégé de physiologie et de biologie du développement à BYU et auteur principal de l'étude.

 En effet, cette étude confirme que l’exercice constitue une thérapie viable et efficace contre l’impact cognitif négatif du stress chronique et permet de protéger les mécanismes d'apprentissage et de mémorisation.

 « Le meilleur moyen d’améliorer la mémoire et l’apprentissage serait de faire de l’exercice sans être stressé », affirme le professeur Edwards. « Même si nous ne pouvons pas toujours contrôler nos niveaux de stress, nous pouvons contrôler combien nous nous entrainons ».

Scroll to top